Accueil > News

La page du Jeudi : une question de management d'équipe

 

La page du Jeudi : une question de management d'équipe

Analyser le match à travers le résultat et le contenu
Un entraîneur doit être constamment dans l'interrogation, la réflexion. Quand votre équipe enchaîne les victoires, quelles questions devez-vous vous poser ? Quand elle empile les défaites, quelles questions devez-vous vous poser ? Mais avant toute chose, il vous faut absolument analyser vos matches avec du recul émotionnel (vidéo, lendemain de match). Cette analyse plus objective doit se faire au travers de deux paramètres à relier: le résultat d'un côté et le contenu de l'autre. En effet, on peut gagner en ayant un contenu minimum par rapport au projet de jeu fixé, et inversement perdre "avec la manière". Toute la problématique est dans cet équilibre à trouver. "J'ai le résultat, mais pas le contenu, ou j'ai le contenu mais pas le résultat". Après, la démarche ne sera pas la même si un seul match est concerné, ou s'il s'agit d'une série de matches. Sur 90 minutes d'un match, presque tout peut arriver sans devoir pour autant en tirer des conclusions hâtives. En revanche, si l'histoire se répète, c'est bien qu'il y a un problème : soit le contenu (bon ou mauvais) n'est pas en adé- quation avec le projet de jeu initial, soit il ne l'est pas avec le profil des joueurs, soit il n'intègre pas l'efficacité et/ou le résultat
 
Difficile de faire une série de résultats sans projet de jeu ni contenu minimum
Dans tous les cas, je pense que l'on ne peut pas espérer faire une série de résultats sans projet de jeu ni contenu minimum. Même chose si ce projet ne convient pas aux joueurs utilisés. Si votre équipe est capable d'amener 10 centres par mi-temps, vous aurez tout intérêt à jouer avec deux attaquants pour avoir plus de chances d'être à la réception de ces centres ! Bref, que votre équipe gagne ou qu'elle perde, l'analyse du résultat et de la manière aboutira au choix de maintenir ou pas les hommes en place. Avec toujours cet objectif de trouver un équilibre entre projet de jeu, contenu et contenu
 
Maintenir une équipe qui perd permet de sécuriser et d'agir sur la confiance
Si votre équipe essuie plusieurs revers d'affilée, tout en jouant bien, il faudra inévitablement s'interroger sur un changement de joueurs ou de contenu. L'avantage de maintenir une équipe qui remplit un projet de jeu, mais qui n'a pas de résultat, c'est de montrer que vous continuez à croire dans ce projet et dans les joueurs. Il y a une notion de confiance. On sécurise les joueurs. Ils se disent : "on est dans le vrai, le coach nous maintient sa confiance, il nous remet sur le terrain parce qu'il pense qu'on va y arriver". On les met dans une logique de "il croit en nous, et bien nous on va croire en lui, et en nous aussi" ! Mais combien de temps l'entraîneur (et le président ?...) pourra-t-il attendre ? Et puis attention, certains - ceux qui ne jouent pas en général - peuvent se montrer circonspects de voir qu'on ne change pas une équipe qui perd. Le dialogue et les explications sont nécessaires et indispensables

Le projet de jeu est-il adapté aux qualités de mes joueurs ?
D'un autre côté, si vous changez votre équipe à chaque fois qu'elle perd un match, alors que le contenu existe, n'allez-vous pas déstabiliser les joueurs qui sont dans le projet de jeu ? C'est pourquoi il convient, je pense, de s'interroger dans un premier temps sur le fait de savoir si, oui ou non, ce projet de jeu est adapté aux qualités des joueurs. Parce que si vous n'avez que des garçons petits et techniques, et que vous leur demandez de jouer en l'air au 2e ballon, vous aurez beau croire en eux et eux en vous… cela va être difficile. Pour savoir si le projet de jeu est adapté, il faut rassembler des informations objectives : combien de fois l'équipe amène la balle dans la zone de déséquilibre et dans la zone de finition ? Combien d'occasions de but l'équipe s'est-elle procurée dans le match ? Est-ce que les coups de pied arrêtés sont optimisés ? Utilise-t-on tel circuit pré- férentiel en rapport avec notre système de jeu, etc… ? Les éléments de réponse seront importants, car ils permettront peut-être de se rendre compte que votre équipe affiche du contenu, mais uniquement jusqu'à 20 mètres du but adverse ! À vous ensuite de sentir si ces données sont en rapport avec votre projet de jeu initial. Par exemple, si vous devez changer les attaquants, ou incorporer de nouveaux éléments dans l'entrejeu pour amener plus efficacement le ballon dans la zone de finition
 
La victoire rend aveugle et masque les lacunes
Bien souvent, l'euphorie de la victoire rend aveugle et masque les lacunes. L'entraîneur ne voit plus objectivement ce qui se passe sur le terrain. Or, si on obtient des résultats mais sans la manière, il faut avoir le recul, l'adjoint, et l'objectivité nécessaires pour prendre les bonnes décisions. Et cela passe par des réponses aux questions suivantes : combien de temps cela peut-il durer ? Est-ce que ça vaut le coup d'avoir un projet de jeu comme le mien ? Faut-il l'adapter ? Et quel plaisir les joueurs prennent-ils ? Cette dernière question est fondamentale, notamment à un niveau amateur. Après, le problème de maintenir une équipe qui gagne en jouant mal réside dans la dynamique de groupe. Certes, le résultat est parfois la première étape, chez certains, pour améliorer leurs performances individuelles. Mais cantonner des joueurs au vestiaire ou sur le banc ne semble pas être une bonne solution. Ces derniers pourraient apporter quelque chose dans le contenu tout en permettant à l'équipe de continuer à gagner ! C'est ce qu'ils pensent, forcément, et ils ont peut-être raison
 
Ne pas maintenir une dynamique de groupe figée
Personnellement, j'aurais tendance à dire qu'il ne faut pas maintenir figée une dynamique d'équipe , ne pas installer les joueurs dans un confort permanent, mais être capable à un moment donné de les "redéstabiliser". Pour cela, l'entraîneur doit jouer sans cesse sur l'équilibre individuel de chaque joueur, qui repose sur les notions de "doute nécessaire" et de "confiance indispensable". c'est un dosage très fin, à la fois "savant" et "sorcier", que l'entraîneur doit savoir adapter à chaque profil. Gagner plusieurs matches et dire à un joueur (en lui expliquant) "je vais te sortir", ce n'est pas simple, mais ça maintient un effectif sous pression. C'est indispensable, sans quoi ceux qui ne jouent pas s'en vont ("physiquement" ou mentalement) ! Bref, l'entraîneur doit être capable de dire à un de ses joueurs : "le confort dans lequel tu t'es mis ne me convient pas. Ton contenu est insuffisant, et si tout le monde est à minima, on ne gagne plus". Alors bien sûr, changer les hommes dans un contexte de victoires peut s'avérer périlleux. Imaginez que l'équipe améliore son contenu, certes, mais n'ait plus de résultats… Cela fait partie des risques que peut choisir de prendre ou pas, un entraîneur. Toujours est-il que des résultats sans la manière sont difficiles à maintenir sur la durée. Une victoire passe toujours par un minimum de contenu, sur 30, 60 ou 80 minutes exceptionnellement. C'est le fameux match référence, et c'est ce vers quoi il faut tendre le plus souvent possible
 
Les joueurs se font plus plaisir dans une finalité "contenu" qui doit amener au résultat
Au plus haut niveau, il y a des entraîneurs qui privilégient le résultat aux détriments du projet de jeu. D'autres, comme Raynald Denoueix ou Christian Gourcuff, disent que le meilleur moyen d'atteindre un résultat, c'est d'avoir du contenu. L'Espagne à la dernière coupe du monde s'inscrivait dans cette logique. À un moment donné, j'ai eu peur qu'ils ne soient pas champions du monde parce qu'ils n'avaient pas toujours le résultat en rapport à ce qu'ils produisaient sur le terrain. Il faut trouver cet équilibre entre résultat et contenu. Mais une chose est sûre, quel que soit le niveau de pratique : les joueurs (et les spectateurs !) se font plus plaisir dans une finalité "contenu" qui doit amener du résultat, que dans une finalité "résultat" aux détriments du contenu
 
 
■ Par Jean-Paul ANCIAN
BE2 football, professeur d’éducation physique, sophrologue du sport, spécialiste en préparation physique et préparation mentale
 
Extrait de « Vestiaires Magazine »

  

 

 

 

Tous droits réservés © AS Sermersheim - Mentions légales - Réalisation magried.com